NES Super Nintendo Master System Mega Drive PC Engine Neo Geo

select a console »
SUPPLEMENTCONSOLE SUPER NINTENDO (16-bit)





BUGS BUNNY RABBIT RAMPAGE

Ça Cartoone !

par sanjuro article, vidéos



Pour créer Rabbit Rampage, l'équipe de Viacom New Media a dû visionner un grand nombre de dessins animés car les références abondent; chaque niveau en est truffé; le jeu entier pour ainsi dire est un patchwork de cartoons.

Nous n'avons pas la prétention de les avoir tous reconnus mais nous allons essayer, au cours de ce supplément, d'énumérer le plus de références possibles et les dessins animés d'où elles proviennent. Mieux encore, en cliquant sur les liens, vous pourrez directement les regarder en ligne!

Cliquez sur une vidéo quand elle est active pour la voir dans un plus grand format.


Le point de départ de l'histoire du jeu, un animateur qui perd la boule et dessine Bugs dans des situations dangereuses, est inspiré du dessin animé du même nom, Rabbit Rampage (1955), et avant lui, Duck Amuck (1953). L'idée du pinceau au début et du crayon à gomme à chaque défaite vient de là.

Voir le premier
Voir le second
Le barman et le boss du saloon, Nasty Canasta, ainsi que Daffy Duck en cow-boy, proviennent de Drip-Along Daffy (1951).

Voir la vidéo
Toujours au niveau 2, le cow-boy qui perd son pantalon est Red Hot Ryder vu dans Buckaroo Bugs (1944) et le petit indien se débattait déjà avec Bugs Bunny dans Hiawatha's Rabbit Hunt (1941).

Voir le premier
Voir le second
La corrida au troisième niveau est évidemment inspirée de Bully for Bugs (1952).

Voir la vidéo
Les trois vilains petits cochons et le grand méchant loup (niveau 4) jouent des tours à Bugs Bunny dans The Windblown Hare (1949).
Dans ce même niveau, on rencontre aussi Hansel et Gretel et la sorcière Hazel, venant tout droit du dessin animé Bewitched Bunny (1949).

Voir la vidéo
Quand le sort de la sorcière touche Bugs Bunny, il se transforme en grenouille. C'est celle qui chante et qui danse dans One Froggy Evening (1955).

Voir la vidéo
Enfin, le boss qui nous attend au bout de la forêt est Sam le Pirate déguisé en chevalier noir et monté sur un dragon vert comme dans Knighty Knight Bugs (1958).

Voir la vidéo
Marvin apparaît dans quelques cartoons mais Bugs Bunny le rencontre lui et les "martiens instantanés" pour la première fois dans Hare-Way to the Stars (1957).

Voir la vidéo
Bugs Bunny en Tasmanie au niveau 6 est une assez proche adaptation de Bedevilled Rabbit (1956).

Voir la vidéo
Le combat de boxe entre Bugs Bunny et The Crusher, qui est fidèlement reproduit, vient lui de Bunny Hugged (1951). On retrouve aussi la référence aux biceps ballants quand on a été médiocre dans un niveau.
Soit ce que je vais dire est une erreur de ma part, soit l'avant-dernier niveau a une originalité pour le moins inattendue dont les producteurs du jeu ne devaient pas se douter... Au lieu de la Warner Bros, il s'inspire d'un dessin animé du studio rival, la MGM ! Ce dessin animé est Bad Luck Blackie (1949), réalisé par le maître du genre, le grand, l'hilarant Tex Avery.

Dans le niveau en question, le neuvième, on reconnaît bien ce chat noir qui porte la poisse, avec son nez rouge et son chapeau melon. Même les "objets" qui tombent du ciel sont identiques comme le cheval et ses fers, le bâteau, etc.

Par contre, les autres personnages qui font une apparition, comme Pépé le Putois et Grosminet sont bien des créations Warner et Looney Tunes.

Voir la vidéo
le 11 mai 2010
 


All text and screenshots: © 2001 sanjuro, 1up-games.com